Faire des masques en tissu pour les nuls !

masques 1

Je vous ai déjà fait part de plusieurs de mes infructueuses tentatives pour explorer mes compétences durant ce confinement. Et bien aujourd’hui je suis forcée de constater que la couture n’en fera pas partie non plus !

Depuis plusieurs jours je tente de faire des masques en tissus, à la base je voulais en faire plein pour les offrir à ceux qui en ont besoin, mais franchement ils prendront moins de risques à sortir sans masque, plutôt que de se balader avec les miens !

Internet regorge de tutos de bloggeuses qui expliquent comment fabriquer des masques quand on n’a pas de machine à coudre et quand elles le font ça à l’air si facile ! …. J’exhume du fond d’un placard la cousette que ma maman m’a offerte quand j’ai pris mon studio (il y à 23 ans), d’après elle toute femme qui se respecte doit avec une cousette, des chaussettes et des sous-vêtements assortis (en cas d’accident) et un rouge à lèvres (j’ai tout ça, mais le rouge à lèvres et la cousette ne m’ont jamais servies jusqu’ici, à part peut-être un jour, une aiguille de la cousette pour enlever une écharde plantée dans un doigt ?)

Dans les tutos que j’ai suivis, les instagrameuses couturières utilisent de vieux teeshirt ou de vielles robes pour récupérer le tissu, mais comme je donne au fur et à mesure nos vêtements à une association je n’avais pas grand-chose à sacrifier (si ce n’est ma collection de bandanas). Je décide de tester sur une taie d’oreiller avant de découper un de mes bandanas, je trouve le patron sur un site, je le refais en papier avant de découper le tissu, jusqu’ici tout va bien… Déjà il faut savoir que  je suis incapable voir le fil pour le faire passer dans le chat de l’aiguille (c’est ballot j’ai laissé mes lunettes au bureau) il me faut en moyenne 23 minutes pour y arriver….

Je commence avec de gros points très espacés, mais je me rend compte que ceux-ci doivent laisser passer les microbes (et mon nez), j’essaie de nouveau avec différents points avant de trouver le bon, comme je n’ai pas d’élastiques (j’ai bien pensé à utiliser ceux de nos sous vêtements, comme le conseillé la tutrice, mais Chéri et le Jeune ne l’entendent pas de cette oreille) du coup j’utilise de la ficelle à rôtie (ce qui risque de compliquer le lavage à 60°, préconisé par Lulu LesGrossesCoutures sur instagram une fois le masque terminé).

Je me pique les doigts (Non, il n’y avait pas de dés dans la cousette), je perds de nouveau 23 minutes à ré enfiler le fil à chaque changement de couture, le premier masque est moche les points ne sont pas réguliers, le second est moins laid mais j’ai mal calculé la longueur de la ficelle à rôti et il me scie les oreilles, le troisième est presque jolie, la ficelle est à la bonne longueur, toute fière j’envoie la photo à ma maman qui au lieu de me féliciter, râle parce qu’elle reconnait la taie d’oreiller de la parure de lit qu’elle vient de m’offrir. J’ai encore plein de taies d’oreiller et de ficelle à rôti, d’ici la fin du confinement j’ai le temps de m’exercer et j’arriverai certainement à en faire 3 à peut près correct!

Au pire j’ai trouvé un tuto avec un bandana et des élastiques pour les cheveux, sans couture, sans fil…il faudra juste racheter des élastiques pour les cheveux (s’il n’y a pas de pénurie)

Note pour plus tard : Penser à rayer la couture de la liste de mes possibles reconversions !

#RosyLaPommette

#FaireDesMasquesSoitMeme

#Confinement #MaisFranchementJeDoisBienEtreDouéePourQuelquechose

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s