J’ai mis trois heures pour faire Lège Cap Ferret / Bordeaux !

bouchons

S’il y a bien une situation devant laquelle nous sommes tous égaux c’est quand nous sommes dans les bouchons du retour de plage, que vous soyez propriétaire d’une Porsche ou d’une Polo vous subirez  le même supplice! (Si ce n’est peut-être que la Porsche fait moins mal au cul?)

Bref retour de plage, nous sentons bon les embruns, la crème solaire et le sel. Nous avons passé une douce journée au soleil, de ces journées de septembre où l’on sait que l’on vole un peu de temps à l’hiver. En famille nous avons fait une petite dégustation d’huîtres chez Hubert et les enfants la bouche pleine de Lou Gascoun et de crevettes,  se sont baignés, le mini chien a fait le fou sur la plage (il a encore enterré nos serviettes et les clés de la voiture) nous  remontons  joyeusement de la plage.

Il est 17h00 il fait un peu plus frais et l’Ado à école demain, d’ailleurs c’est le moment  où il se souvient qu’il a un contrôle de math qu’il a « oublié » de réviser …. Sur le parking nous comprenons que nous allons en baver, déjà ça n’avance plus pour sortir, les gens reculent s’engueulent, klaxonnent et s’insultent !

Avant de démarrer je récupère la baguette qui reste dans la glacière et une bouteille d’eau et  hop direction Bordeaux à 10 à l’heure (10 KM/heures c’est long mais, déjà le moteur n’est pas arrêté, ce qui ne fut pas le cas tout le long de notre périple).

Dans les bouchons nous sommes en proies à différentes étapes émotionnelles :

Etape 1 la colère : Tout le monde s’engueule « Mais je t’avais dit qu’il fallait partir à 15h, mais on ne m’écoute jamais !», ou encore « C’est la dernière fois de ma vie que je viens ici la prochaine fois c’est la piscine municipale! », ou encore « Mais tu ne peux pas faire tes devoirs avant de partir !! Il me semblait pourtant t’avoir demandé de les faire !! », Ou aussi « Je n’ai plus de batterie et j’ai oublié mon chargeur ! »…

Etape 2 la résilience : Le sel sèche sur nos peaux et avec la chaleur qu’il fait dans la voiture nous transpirons ça tire et ça gratte ! L’Ado a faim il entreprend la baguette, je le laisse faire au moins la bouche pleine, il râlera moins.

Etape 3 l’espoir : Nous espérons découvrir un itinéraire magique en branchant le GPS pour s’apercevoir que tous les axes sont rouges !

Etape 4 la colère : Tout le monde s’engueule de nouveau, le mec devant nous, le nez sur son GPS ne démarre pas, pour faire les 2 mètres qui viennent de se libérer devant et c’est insupportable !

Etape 5 le marchandage : Pour détendre tout le monde l’Ado entreprend de me faire partager sa musique sauf que le métal à tendance à provoquer l’effet inverse chez moi, il essaie radio classique mais, là c’est lui que cela énerve !

Etape 6 la dépression : Nous sommes dans les bouchons depuis 2h30, l’Ado a fini sa baguette, nous sommes maintenant dans un état léthargique nous n’avons plus aucune volonté, une très grande fatigue nous envahit, nous sommes tenues en éveil, par les petits pets très odorants du chien qui a mangé trop de crabe !! (Beurk je confirme)

Etape 7 la délivrance : On rit pour un rien, surtout que nous avons tenté de prendre un raccourci, le GPS bug et le voyant de l’essence vient de s’allumer ! Je suis en manque de nicotine depuis  maintenant plus de 2H45 et si le gland devant nous, continue à laisser 6 mètres avec la voiture devant lui, je vais le tuer ! Quand Nadine et sa voix sucrée de GPS se rassemble et nous annonce que nous ne  sommes plus qu’à 4 km de la maison !!!!!

Note pour plus tard : Aller à piscine municipale dimanche prochain !

#lège_cap_ferret #bouchons

Mérignac, un homme assène plus de 58 coups de coupe-papier à sa collègue Rosy parce qu’elle fredonnait !

coupe-papier-peulh

Mérignac Zone de L’hippodrome hier en fin d’après-midi, un homme assène plus de 58 coups de coupe-papier (en bois précieux ciselé par un Srilankais de 2 ans) à sa collègue Rosy pour le seul motif qu’elle fredonnait !

Les faits se sont déroulés hier en fin d’après-midi, Serge F un commercial de 53 ans a tenté de mettre fin à la vie de sa collègue pour le seul motif qu’elle chantonnait des chansons débiles !!! La collègue a été transportée dans un état grave, au CHU de Bordeaux mais, ses jours ne sont pas en danger !

Marie-C (qui travaille en open-space avec les deux protagonistes) a été témoin de la scène. Elle a bien essayé de raisonner son collègue : -« Serge, lâche ce coupe-papier » a-t-elle répété plus de dix fois, mais celui-ci ivre de rage n’a rien voulu entendre. Seule issue possible : appeler les secours.

Geoffrey C  (également en open-space avec eux) était monté à la compta quand les fait se sont déroulés. En redescendant, il n’a pu que constater le carnage, horrifié.

Serge F fortement sédaté et encamisolé témoigne. Pour nous, il revient sur ce geste fou, inimaginable pour lui, il y a quelques jours encore! « Rosy est arrivée chez nous au mois de mars. Au début je la trouvais sympa et tout et tout, mais rapidement son toc m’est devenu INSUPPORTABLE : à chaque fois que quelqu’un prononce un mot cette conne fredonne une chanson! Un vrai Jukebox à merdes qui te restent dans la tête !  Si tu dis Bonjour elle chante « L’ami Ricoré », si tu dis que tu n’as besoin de rien cette elle entonne « Stone & Charden », si le téléphone sonne elle chante « Gaston » de « Nino Ferrer », si tu as le malheur de demander pourquoi ? Elle chante « Sandy Valentino » « Pourquoi tout ça n’arrive qu’à moi ? » ! Au début c’était sympa, mais à force toutes ces chansons me restaient dans la tête, pour se graver dans mon oreille ! Ce matin, je me suis même entendu moi-même fredonner « Tirlipinpon » parce que quelqu’un avait prononcé le mot Ananas ! Et à 16h quand elle a chanté « viens boire un petit coup à la maison » en prenant sa bouteille d’eau, j’ai dégoupillé !!! Un voile blanc sur les yeux et plus rien …. Je ne comprends pas pourquoi j’ai fait ça ?!!! 

Rosy a décidé de ne pas porter plainte estimant qu’elle avait peut être légèrement abusé. Le directeur de l’entreprise a décidé de mettre en place des formations sur les « Risques psycho-sociaux en entreprise ». En effet, un fait similaire c’était déjà déroulé dans la même entreprise au mois d’Avril : Christophe le comptable, avait déjà poignardé avec le même coupe-papier sa collègue parce qu’elle faisait du bruit en dépiautant ses madeleines bijoux.

#collègue_qui_chante_au_travail #travail

#burn_out #fait_divers